Museums and theatres

Les musées

musee-departemental-breton-quimper-photo-bernard-galeron

Le Musée Breton

Créé en 1846 dans l’ancien Palais des Évêques, il présente l’histoire archéologique du Finistère mais s’intéresse aussi à cette tradition identitaire que représente le costume breton à travers une présentation entièrement renouvelée. Le musée retrace aussi l’évolution du mobilier régional et présente une rétrospective de la faïence quimpéroise. Des expositions thématiques ont également lieu tous les ans.

musee-des-beaux-arts-quimper-visite-famille-©Musée-des-beaux-arts-de-Quimper

Le Musée des Beaux-arts

Logé dans un palais à l’italienne, le musée abrite une importante collection d’art européen ainsi qu’un riche ensemble de peinture bretonne. Une salle reconstitue le décor de l’hôtel de l’épée dû à Jean-Julien LEMORDANT (peintre également du plafond de l’opéra de Rennes). L’école de Pont Aven est également bien représentée tandis qu’une salle est consacrée au poète et peintre Max Jacob. Ses collections le classent parmi les plus riches musées de Bretagne et de France.

Musee de la faïence

Le Musée de la faïence

Quimper a la chance de figurer parmi les villes dont le nom est lié à un art ancestral : la faïence. Riche d’une collection exceptionnelle couvrant plus de 300 ans (depuis 1690) de tradition artisanale et industrielle, le Musée de la Faïence de Quimper invite à un voyage à travers l’univers de la céramique quimpéroise afin d’en découvrir les aspects historiques, techniques et artistiques.

pascal-jaouen-creation-photo-bernard-galeron-4

Baradoz

Cet espace d’Exposition d’Art Textile et de Haute-Broderie accueille artistes et artisans textiles de tous horizons, pour découvrir, confronter et s’ouvrir à d’autres techniques et d’autres façons de travailler. Il permet également d’offrir au regard des visiteurs un panorama de la broderie glazik et Glazig, entre tradition et modernité, et des tenues brodées des précédentes collections de Haute-Broderie Pascal Jaouen.

musée alambic quimper

Le Musée de l’Alambic

Attenant à la Distillerie du Plessis, le musée de l’Alambic est situé à l’endroit où s’élevait au XIIème siècle le château fortifié de Guillaume du Plessis. Unique en Bretagne, l’endroit réunit des pièces de toute la France dont certaines très rares. L’occasion d’en apprendre beaucoup sur le métier, son histoire et toutes les étapes de la distillation

Les visites virtuelles

Breton Departmental Museum

Visite virtuelle du Musée Départemental Breton de Quimper

Musée des Beaux-arts

Visite virtuelle du musée des beaux-arts

Les théâtres

Quimper, Ville d'Ar et d'Histoire Théâtre de Cornouaille

Le théâtre de Cornouaille

De septembre 1996 à mai 1998, la construction du Théâtre de Cornouaille a constitué le plus grand chantier du Finistère. Cet établissement de 700 places dessiné par les architectes Nicolas Michelin et Finn Geipel a pris le relais du Théâtre Max Jacob. L’architecture du Théâtre de Cornouaille est un incessant dialogue entre passé et présent : alternant bois, béton et acier, les matériaux marient chaleur et modernité. Bien que résolument contemporain, le théâtre s’intègre harmonieusement à son environnement immédiat, le bâtiment a été habillé d’une couronne d’ipé, bois du Brésil.

theatre-max-jacob-quimper

Le théâtre Max jacob

Il a été construit de 1902 à 1904 par l’architecte Lafont. A la suite du legs d’un verger à la ville par Urbain Couchouren en 1893, pour y édifier un hospice, celle-ci décide d’y construire un théâtre. Procès et règlement de compte s’en suivent… Ce sera le sujet du Terrain Bouchaballe (roman et pièce de théâtre de Max Jacob en 1923). En 1942, Gaston, frère de Max, sera arrêté dans le jardin du théâtre (interdits aux juifs). Il meurt à Auschwitz en 1943.
En 1997, le théâtre prend le nom de « Théâtre Max Jacob »